Post sponsored by NewzEngine.com

Source: Council of the European Union 2

I am pleased that we could speak by video conference to discuss important topics for both the EU and China today. In fact, our diplomatic relations are 45 years old this year and evolving. Our discussions today were open and substantive and we discussed many topics, topics we agree on, but, of course, we also discussed topics we disagree on.

We focussed on four important areas. The first one, COVID-19 and the economic consequences, the economic recovery. The second one is the EU-China relationship. The third one is Hong Kong and the important question for us of human rights. And the fourth topic is related to international issues.

Concernant le premier aspect, le COVID-19 et ses conséquences, nous avons eu l’occasion d’exprimer l’importance pour nous de tirer les conséquences en toute transparence de la réaction internationale sur ce sujet. Nous avons aussi eu l’occasion de rappeler à quel point nous sommes mobilisés, s’agissant de la question des vaccins qui, pour nous, doivent être un bien commun, accessible pour tout le monde et également à un prix abordable. Et nous considérons qu’une relance ambitieuse sera extrêmement importante sur le plan économique. Nous avons eu l’occasion d’expliquer aussi le processus européen en lien avec le budget européen et le fonds de relance que nous souhaitons mettre en place pour soutenir l’activité économique.

We had also the occasion to discuss the EU China relationship, and we stressed the need to implement the commitments made at the 2019 EU-China summit. More particularly, we discussed very concrete topics.

The first one is trade. We have a dynamic trading relationship with China. We trade on average over one billion euros a day. It’s huge and the EU is China’s first trading partner. But progress is needed in many areas to rebalance this relationship. And we made clear that we need to resolve concrete problems such as market access, subsidies, regulatory issues, public procurement, forced technology transfers, level playing field and WTO reforms.

Nous avons aussi eu l’occasion d’exprimer de part et d’autre le souhait de continuer à négocier de façon intense sur la question de l’accord relatif aux investissements. Nous avons aussi constaté les progrès réalisés s’agissant des accords sur les indications géographiques pour lesquels nous avons bon espoir de pouvoir clôturer dans un délai rapproché les discussions. Nous avons eu bien sûr l’occasion, c’est un thème essentiel pour nous vous le savez, de mettre en évidence l’importance à nos yeux du changement climatique et de la mobilisation internationale qui est nécessaire sur le sujet pour faire en sorte que l’on puisse travailler à la stabilité, parce que le changement climatique est une menace pour l’humanité, pour le monde. Et parce que nous considérons qu’il y a aussi un lien avec la question économique et la question commerciale. Il faut aussi travailler pour éviter qu’il y ait des concurrences déloyales qui soient possibles sur le plan international en lien avec ces ambitions climatiques. Vous connaissez notre ambition pour 2050 et le travail que nous devons mener afin d’identifier les objectifs en lien avec 2030. Nous considérons aussi que nous devons agir sur ce terrain là, dans les enceintes internationales, dans les enceintes multilatérales pour faire en sorte qu’il y ait une mobilisation plus générale sur le plan international en lien avec le changement climatique. On a aussi eu l’occasion de discuter de l’agenda digital et de l’importance, dans ce cadre là, de garantir la confiance. Garantir la confiance signifie que l’on doit lutter contre les menaces pour la cybersécurité, que l’on doit lutter contre toutes les techniques de désinformation qui minent la confiance, qui est un élément et un facteur totalement indispensable.

The third point was Hong Kong and human rights. We expressed our grave concerns about the proposed national security law for Hong Kong. We called on China to follow the promises made to the people of Hong Kong and to the international community regarding Hong Kong’s high degree of autonomy and guaranteed freedoms.

Je voudrais ajouter que nous soutenons naturellement le principe un pays, deux systèmes, que nous notons que 50% des investissements européens en Chine transitent par Hong Kong. Nous notons qu’il y a 1.600 entreprises européennes qui sont actives à Hong Kong et nous considérons qu’on doit respecter la neutralité politique de ces entreprises, nous n’acceptons pas les pressions qui seraient faites pour mettre en cause la neutralité politique de ces entreprises européennes qui sont ancrées à Hong Kong. Nous avons eu l’occasion aussi, plus généralement, d’évoquer la question des minorités et d’évoquer la question des droits de l’homme en mentionnant expressément des cas: un citoyen suédois, d’une part, deux citoyens canadiens d’autre part. Vous connaissez les cas en question pour lesquels nous pensons que les détentions semblent être arbitraires.

Enfin, nous avons eu l’occasion d’évoquer des questions internationales, aussi bien la question de l’Iran, nous avons échangé nos points de vue sur ce sujet, la question de l’Afghanistan, la question de la péninsule coréenne. Nous avons appelé à être mobilisés, engagés pour favoriser des solutions pacifiques dans un cadre multilatéral.

On a eu aussi l’occasion de mettre en exergue l’importance de la sécurité du transport maritime. Vous savez que 90% du transport international transite par voie maritime, et la question de la mer de Chine méridionale est une question naturellement importante d’un point de vue stratégique pour la sécurité du transport et donc du commerce, et donc du développement économique.

Vous l’avez compris, nous avons eu des vidéoconférences qui ont été l’occasion de mener des échanges intenses, approfondis sur l’ensemble des sujets qui sont des sujets d’ordre international et multilatéral, mais aussi dans le cadre de la relation bilatérale. Ce type de vidéoconférence est l’occasion de promouvoir les valeurs européennes auxquelles nous croyons: la démocratie, l’État de droit, le respect des droits humains, la protection et la défense des minorités. Nous avons mené ce dialogue sans tabou, sur un ton direct, franc. Nous avons aussi eu l’occasion d’envisager les points sur lesquels nous souhaitons pouvoir progresser en matière commerciale, en matière économique.

C’est l’occasion de mettre en évidence de façon concrète, pas avec des mots, mais avec une action que l’on veut entreprendre, cette question de l’autonomie stratégique de l’Union européenne, qui est un enjeu extrêmement central à nos yeux.

Et enfin, nous considérons que cette relation doit être fondée sur la transparence, sur la réciprocité. C’est le message qui a été donné et dans cet esprit là, nous avons l’intention de poursuivre de manière régulière ce dialogue politique à haut niveau. Cela devrait être le cas après l’été puisque nous aurons de nouveau, après l’été, l’occasion de poursuivre ce dialogue, de faire le point sur l’état d’avancement des différents sujets qui ont déjà été évoqués et de revenir sur des sujets, y compris sur des sujets difficiles.

Et vous savez que ce sommet de Leipzig, qui était prévu au mois de septembre, n’est pas possible, une annonce a été faite sur le sujet. Mais nous gardons le souhait, dès que les conditions le permettront, de tenir un sommet qui rassemblerait les autorités chinoises avec l’ensemble des 27 chefs d’État et de gouvernement européens. Voilà quelques éléments que je souhaitais partager avec vous cet après midi.

MIL OSI Europe News