Post sponsored by NewzEngine.com

Source: United Nations secretary general

Allow me to ask before I start for us all to have a minute of silence in memory of all those peacekeepers that have lost their lives protecting the lives of the people we care for.

Today, we mark the International Day of United Nations Peacekeepers, in a context that is entirely unique in our history.

The COVID-19 pandemic has changed almost everything we do – both here at Headquarters and everywhere in the field.

Moments ago, I laid a wreath at the Peacekeepers Memorial to honour the more than 3,900 women and men who have lost their lives since 1948 while serving under the United Nations flag.
 
In previous years, hundreds of diplomats, United Nations staff and journalists joined me for this important moment. I know that today, they joined me in spirit.
 
The pandemic has required us to hold the ceremonies for the Military Gender Advocate Award and the Dag Hammarskjold Medal virtually.
 
But what the virus has not changed is the service, sacrifice and selflessness of the more than 95,000 women and men serving in 13 peacekeeping operations around the world.
 
Every day, our peacekeepers continue to protect vulnerable local populations, support dialogue and implement their mandates while fighting COVID-19. 
 
They are doing everything they can to be an integral part of the solution to this crisis while keeping themselves – and the communities they serve – safe.
 
As always, they give the United Nations family many reasons to be proud.
 
But the virus is not the only threat that our peacekeepers face. Hostile acts, improvised explosive devices, accidents and diseases continue to take a heavy toll.
 
Today, with the awarding of the Dag Hammarskjold medal, we pay tribute to the 83 military, police and civilian personnel from 39 countries who lost their lives last year serving in UN peace operations.
 
Unfortunately, I also want to say that yesterday and today two of our military colleagues have passed away due to COVID-19 (one peacekeeper from Cambodia and the other from El Salvador) both members of MINUSMA.
 
Now in in honor of the memories of all those who have fallen in the line of duty I want to express me my deepest condolences to their families. I hope that this medal offers them a measure of comfort.
 
I now ask all of you, wherever you are, to feel strongly the solidarity with those families that are also permanently in our memory, in our attention, because they were the ones who suffered more to get less with those fallen in the line of duty.

Now this year, as we mark the 20th anniversary of Security Council Resolution 1325 on Women, Peace and Security and we are observing the International Day of UN Peacekeepers with the theme: “Women in Peacekeeping:  A Key to Peace.’’ 

Resolution 1325 was a milestone in recognizing that women have a right to full, equal, and meaningful participation in peace processes, conflict resolution and peacebuilding.

It is also emphasized that women peacekeepers play an essential role for the success of our peace operations.

Day by day, women peacekeepers help improve all aspects of our operations and performance; they ensure better access to local communities; they prevent and reduce conflict and confrontation; and they serve as role models for their peers and others.

In addition, we have seen that our operations are better able to build trust with those in need of protection when their staffing reflects the communities in which they serve.  This is another reason why increasing the number of women in peacekeeping is so crucial.

Peacekeeping is more effective for everyone when we have more women peacekeepers at all levels, including in decision-making. We will continue to do everything we can, including with our troop and police contributors, to reach this goal.
 
In that spirit, since 2016 the Military Gender Advocate Award has recognized the dedication and efforts of individual military peacekeepers in promoting the principles of Resolution 1325 in peace operations.
 
Today, I am proud to announce that two peacekeepers will receive the award jointly for their contribution to this cause: Commander Carla Monteiro de Castro Araujo of the Brazilian Navy, who is deployed with the UN Mission in the Central African Republic, and Major Suman Gawani of the Indian Army, a Military Observer formerly deployed with the UN Mission in South Sudan.
 
Commander Monteiro de Castro Araujo serves as MINUSCA’s Military Gender and Protection Advisor. In this role she has strengthened the mission’s ability to protect civilians, address conflict-related sexual violence and prevent sexual exploitation and abuse. She also strived to improve the living conditions of her fellow women peacekeepers.
 
Major Gawani, during her deployment in South Sudan, mentored more than 230 Military Observers on conflict-related sexual violence and ensured the presence of women military observers in each of the Mission’s team sites. She also trained the South Sudanese government forces and helped them launch their action plan on conflict-related sexual violence.
 
Commander Monteiro de Castro Araujo, Major Gawani, your inspiring work has made a remarkable difference in promoting gender equality and empowering local women and your own colleagues.
Your contributions are proof that women peacekeepers are vital to peace and security everywhere.
 
In closing, let me again express my great appreciation to all the women and men of United Nations peacekeeping for your courage and commitment.  You are helping the world to cope with today’s emergency while paving the way for recovery and a more peaceful future.
 
Thank you.
 
 ————-
Permettez-moi de vous demander, avant de commencer, d’observer une minute de silence à la mémoire de tous ces soldats de la paix qui ont perdu leur vie en protégeant celle des personnes que nous assistons.
Nous célébrons aujourd’hui la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies dans des circonstances sans précédent dans l’histoire de l’Organisation des Nations Unies.
 
La pandémie du COVID-19 a changé tout ou presque dans notre travail quotidien – ici au Siège comme dans les missions.
 
Il y a quelques instants, j’ai déposé une couronne au pied du Monument à la mémoire des Casques bleus en hommage au plus des 3 900 femmes et hommes qui ont perdu la vie depuis 1948 en servant sous le drapeau des Nations Unies.
 
Les années précédentes, des centaines de diplomates, de fonctionnaires des Nations Unies et de journalistes étaient présents à mes côtés pour ce moment important. Aujourd’hui, je sais qu’ils se joignent à moi par la pensée. 
 
En raison de la pandémie, nous sommes ainsi contraints de tenir une cérémonie virtuelle pour la remise du Prix du Militaire de l’année pour la défense de l’égalité des genres et de la médaille Dag Hammarskjold.
 
Mais s’il est une chose que le virus n’a pas pu changer, c’est le sens du service, l’esprit de sacrifice et l’altruisme dont font preuve les plus de 95 000 femmes et hommes qui servent dans les 13 opérations de maintien de la paix déployées à travers le monde.
 
Chaque jour, les Casques bleus continuent de protéger les populations locales vulnérables, d’appuyer le dialogue et de s’acquitter de leur mission tout en combattant le COVID‑19.
 
Ils font tout leur possible pour contribuer à remédier à la crise tout en protégeant leur santé et celle des populations qu’ils servent.
 
Comme toujours, ils donnent à la famille des Nations Unies de nombreuses raisons d’être fière.
 
Le virus n’est pourtant pas la seule menace à laquelle ils font face. Les attaques, les engins explosifs improvisés, les accidents et les maladies continuent d’imposer un lourd tribut.
 
Aujourd’hui, en leur remettant la médaille Dag Hammarskjold, nous rendons hommage aux 83 soldats, policiers et civils issus de 39 pays qui ont perdu la vie l’année dernière alors qu’ils servaient dans les opérations de paix des Nations Unies.
 
Malheureusement, j’aimerais aussi vous dire qu’entre hier et aujourd’hui, deux de nos collègues militaires sont morts des suites du COVID-19. (L’un deux vient du Cambodge et l’autre du Salvador) tous les deux membres de la MINUSMA.
 
Maintenant, pour honorer la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions, je présente mes plus sincères condoléances à leurs familles. J’espère que cette médaille leur apportera quelque réconfort.

A présent, je vous demande à toutes et à tous, où que vous soyez, d’exprimer votre solidarité avec ces familles qui demeurent en permanence dans notre mémoire, car ce sont elles qui ont le plus souffert, et qui ont perdu ceux tombés dans l’exercice de leurs fonctions.

Cette année, qui marque le vingtième anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, et la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies est placée sous le thème « Les femmes dans le maintien de la paix : une clé pour la paix ».
La résolution 1325 a constitué une étape importante dans la reconnaissance du droit des femmes à une participation pleine, égale et effective aux processus de paix, au règlement des conflits et à la consolidation de la paix.

Elle a mis en lumière le rôle essentiel que jouaient les soldates de la paix dans la réussite des opérations de paix.

Jour après jour, ces femmes contribuent à améliorer tous les aspects de nos opérations et à obtenir de meilleurs résultats ; elles permettent un meilleur accès aux populations locales ; elles contribuent à prévenir et à réduire les conflits et les heurts ; elles sont un modèle pour leurs pairs et les autres.
Nous avons également vu qu’il était plus facile d’établir la confiance avec celles et ceux qui ont besoin de protection lorsque l’effectif des opérations reflétait les populations qu’elles servent. C’est une raison supplémentaire pour laquelle il est si primordial d’accroître le nombre de femmes dans les opérations de maintien de la paix.

Le maintien de la paix obtient de meilleurs résultats quand des femmes sont présentes à tous les niveaux, y compris au niveau décisionnel. Nous continuerons à faire tout notre possible, en coopération notamment avec les pays fournisseurs de contingents et de personnel de police, pour atteindre cet objectif.

Décerné depuis 2016, le Prix du Militaire pour la défense de l’égalité des genres récompense des personnes parmi les militaires du maintien de la paix qui se sont illustrées par leur dévouement et leurs efforts dans la promotion des principes de la résolution 1325 dans les opérations de paix.
Aujourd’hui, je suis fier d’annoncer que deux soldates de la paix recevront conjointement le prix pour leur action en faveur de cette cause : la commandante Carla Monteiro de Castro Araujo, membre de la marine brésilienne, qui est actuellement affectée à la Mission des Nations Unies en République centrafricaine ; et la major Suman Gawani, qui appartient à l’armée indienne et qui a précédemment été déployée comme observatrice militaire dans la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud.
 
La commandante Monteiro de Castro Araujo est conseillère militaire auprès de la MINUSCA pour les questions de genre et la protection des femmes. Dans cette fonction, elle aide la Mission à mieux protéger les civils, à lutter contre les violences sexuelles liées au conflit et à prévenir l’exploitation et les atteintes sexuelles. Elle s’emploie également à améliorer les conditions de vie des femmes qui servent à ses côtés.
 
La major Gawani, durant son déploiement au Soudan du Sud, a formé plus de 230 observateurs militaires sur la question des violences sexuelles liées au conflit et veillé à ce que des observatrices militaires soient présentes dans toutes les bases d’opérations de la Mission. Elle a également participé à la formation des forces gouvernementales du Soudan du Sud et aidé celles-ci à lancer leur plan d’action contre les violences sexuelles liées au conflit.
 
Commandante Monteiro de Castro Araujo, Major Gawani, votre travail est une source d’inspiration. Il a contribué de façon remarquable à la promotion de l’égalité des genres et à l’autonomisation des femmes, aussi bien celles des pays où vous avez été déployées que celles qui servent à vos côtés.
 
Votre travail est la preuve que les soldates de la paix sont indispensables à la paix et à la sécurité partout dans le monde.
 
Permettez-moi pour terminer d’exprimer à nouveau ma profonde reconnaissance à toutes celles et ceux qui servent dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies pour leur courage et leur dévouement. Vous aidez le monde à faire face à l’urgence d’aujourd’hui tout en préparant la reprise et en ouvrant la voie à un avenir plus pacifique.
 
Je vous remercie.

MIL OSI United Nations News